ash love


Ash Love s’intéresse à la toile du récit, la manière dont on l’assemble, la façonne, la fait dévier de sa trajectoire évidente. Par une pratique polymorphe de la peinture, sculpture, installa tion et écriture, iel compose des pièces polysémiques, alliant alphabets multiples, emojis et artefacts personnels. Ses récits se déroulent sur la surface de la toile, dont le fond est peint en noir, analogie à l’écran numérique. Texto, stérilet, papillon néo-tribal et coeur brisé, le champ lexical de son travail investit des formes intimes mais communes, où le sens et le non-sens se déchiffrent comme un rébus. Par entrecroisement de ses dessins et de formes trouvées sur internet, chaque image participe à l’élaboration d’un lexique. Son travail évolue dans le domaine des mots, espaces clos qu’iel cherche à ouvrir, trouer, comme pour s’assurer que leur pensée ne sera jamais complètement encerclée par leur.s définition.s. Le cadre des espaces normés, comme l’écran du téléphone, fonctionne comme structure à l’élaboration de la narration.
Son travail se porte particulièrement sur les identités queer et narrations des minorités de genre, qui se définissent en dehors de la binarité. Son travail est un questionnement permanent sur les outils qui permettent de composer et décomposer le(s) réel(s) et tous les interstices des récits - ouverts et potentiels - qui restent à écrire.

Ash Love (1996) a reçu un Bachelor en Arts Visuels à la HEAD Genève, Suisse (2021) et est également diplômé.x de l’Université Bordeaux Montaigne, France et l’Université Macquarie à Sydney, Australie (2018). Son travail a été montré à SAW, Sofia (2020); Prenzlauer Studio, Berlin (2021); Galerie Fabienne Lévy, Lausanne (2021); CAPC musée d’art contemporain, Bordeaux (2021); Martin Asbæk Galerie, Copenhague (2022); Rebonkers, Varna (2022); Continuum, Bordeaux (2022); 66e Salon de Montrouge, Montrouge (2022); Biennale Indépendante de Genève, Genève (2023); Forde, Genève (2023); Æther Art Space, Sofia (2023); Exo Exo, Paris (2023). Son travail fait partie de la Collection du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux; Collection de la Ville de Montrouge et du Fond d’art contemporain de la ville de Paris.
Ash Love sera en résidence au CAC la Synagogue de Delme en 2024.